La Brigade Golani (hébreu : חטיבת גולני, ‘Hativat Golani’) est la seule brigade d’infanterie régulière de Tsahal qui fonctionne sans interruption depuis sa création en février 1948. C’est l’une des 5 brigades d’infanterie de l’armée israélienne. La brigade est placée sous la responsabilité du Commandement du Front Nord et comprend 4 bataillons stationnés aux frontières d’Israël et en Judée-Samarie. Les soldats de la brigade portent des bottes d’infanterie noires et un béret marron faisant référence au lien avec la terre. Quant au symbole de la brigade, il s’agit d’un olivier sur fond jaune.

La Brigade Golani a participé à plusieurs batailles importantes et opérations déterminantes dans l’histoire de l’État d’Israël. Pendant la Guerre de l’Indépendance, la brigade est rendue officielle au sein de Tsahal et prend part aux combats dans la Vallée du Jourdain contre les armées syrienne, libanaise, jordanienne et iraquienne.

Lors de la conquête du Sinaï en 1956, la brigade occupe la région de Rafah et permet le passage des forces armées. Notamment durant la Guerre des Six Jours en 1967, la brigade accomplit de grands exploits. Depuis la fin de la Guerre de Kippour, les recrues de la brigade grimpent au sommet du Mont Hermon pour recevoir le badge de leur unité. Pendant la Première Guerre du Liban, la brigade a joué un rôle crucial dans la conquête de Beaufort et dans la bataille de Kfar Sil. A la fin de la guerre, les soldats de la brigade ont permis de protéger des positions militaires en zone de sécurité.

Durant la Seconde Intifada, la brigade a conduit l’Opération Rempart et a participé aux opérations Pluies d'Été et Arc-en-ciel. Lorsque la Deuxième Guerre du Liban a éclaté, la brigade a mené les combats qui ont pris place dans la ville de Bint Jbeil au Liban.

Les bataillons de la Brigade Golani : le Bataillon Barak (12ème), le Bataillon Gideon (13ème), le Bataillon HaBokim HaRishon (51ème) et le Bataillon de Reconnaissance.