Aujourd'hui, quatre femmes ont terminé officiellement le cours des commandants de chars et sont devenues les premières femmes commandantes de chars. Après 16 semaines d'entraînements intensifs dans la 460ème Brigade, ils ont terminé le cours avec succès.

"Nous pouvons dire après un an et quatre mois qu'une équipe de soldats peut effectuer des tâches opérationnelles sous le commandement d'une femme commandante de char", a déclaré le général de brigade Guy Hasson, chef du Corps Blindé Mécanisé.

Le programme du Corps Blindé Mécanisé a débuté en juillet 2017. Son but était d'évaluer si les femmes pouvaient être intégrées comme combattantes de chars. Le processus de sélection reposait sur des données médicales, la motivation des soldats, les avis des anciens commandants et des entrevues personnelles. Enfin, un comité a tenu une audience pour sélectionner 30 femmes combattantes qui seraient envoyées à la prochaine étape de sélection où d'autres entrevues auront lieu. À la fin du processus, des femmes combattantes ont été sélectionnées pour participer à ce programme historique.

La sergent Noga a débuté dans le bataillon Bardelas et est maintenant l'une des premières femmes à avoir terminé le cours des commandants de chars. "C'est un rôle qui inclut une formation très intéressante et stimulante. En outre, il s'agit d'un rôle unique pour les femmes et ouvre une nouvelle fenêtre d'opportunités pour une place que les femmes peuvent occuper.

La sergente Shiran a commencé son service dans le bataillon Caracal : “La camaraderie est la chose la plus importante dans un char, je n'oublierai jamais mon parcours, quand j'étais avec mon équipe 24 heures sur 24, sept jours sur sept. Nous n'avons jamais abandonné. Tout cette expérience aurait pu être différente pour moi.”

Lors de la formation, cinq des 15 soldats ont été jugés aptes au cours des commandants. "Les quatre soldats restants sont des jeunes femmes incroyables, professionnelles et déterminées", a déclaré le général de brigade Hasson. “Je les ai rencontrés personnellement, j'ai entendu ce qu'elles avaient à dire, être pionnier n'est pas chose facile.”

Le sergent Charlotte a commencé son service dans le bataillon Caracal. "Je pense que Tsahal devrait donner plus de responsabilités aux femmes dans tous les domaines, même si elles sont physiquement différentes des hommes."

La sergent Osnat a commencé son service dans le bataillon Caracal. Le grand-père d'Osnat était sergent dans la 7e brigade, lors de la création de l'État d'Israël. "C'est un service très intéressant et significatif que tout le monde n'a pas la chance de connaître."