Depuis le 30 mars, les Palestiniens ont participé à de violentes émeutes le long de la clôture de sécurité qui sépare Israël de la bande de Gaza. Récemment, en plus des émeutes, les organisations terroristes basées à Gaza ont commencé à tirer des roquettes sur Israël.

Depuis le 30 mars, des milliers de Palestiniens se sont rassemblés le long de la clôture de sécurité qui sépare Israël de la bande de Gaza afin de participer à ce qu’ils appellent “la Marche du Grand Retour”. Lors de ces émeutes, des cerfs-volants en feu ont été envoyés de l’autre côté de la clôture afin de brûler des champs israéliens, des explosifs ont été jetés sur des Israéliens et des pneus ont été brûlés pour créer un écran de fumée et ainsi permettre aux émeutiers d’infiltrer Israël et de mener des attaques terroristes. C’était leur but ultime.

Ce niveau de violence a connu une escalade le 14 mai, date anniversaire où l’État d’Israël a été créé, que les Palestiniens appellent la “Nakba” ou “Jour de la Catastrophe”. Durant la journée il y a des émeutes supplémentaires et des tentatives d’infiltration. Les soldats de Tsahal ont fait le nécessaire afin de remplir leur mission de protection et défense des civils israéliens. Ils ont répondu à ces menaces avec des moyens de dispersion anti-émeutes et ouvert le feu en accord avec les règles d’engagement.

Le premier week-end de juin a été marqué par des violences alors que les émeutes faisaient rage et que les tirs de roquettes s'enchaînent, forçant les civils israéliens à se rendre à leurs abris.

Le Hamas et le Jihad islamique palestinien (JIP), deux organisations terroristes basées dans la bande de Gaza, ont commencé à tirer des roquettes sur Israël le 28 mai et ont continué tout au long de la journée. En moins d’une semaine, ces organisations terroristes ont tiré plus de 100 roquettes sur Israël, mettant en danger les vies de milliers de civils israéliens. Une des roquettes a frappé une école maternelle et une autre s’est abattue sur une maison de civils. Heureusement, aucun israélien n’a été tué ou blessé lors de ces attaques.


Émeutes le long de la clôture de sécurité le 1er juin 2018

Le 1er juin, les émeutiers ont brûlé des pneus et tenté d’endommager l’infrastructure de sécurité, mais c’était seulement le début. Le même jour, des suspects ont tiré sur un véhicule de Tsahal et des émeutiers ont placé des explosifs au passage de Karni dans le but de blesser des soldats de Tsahal. Ces actes en eux-même sont inacceptables mais ce qui a suivi la journée du 2 juin les a rendu encore pires.

Samedi matin, le 2 juin, un terroriste un tenté de commettre un attentat à la voiture bélier près de Hébron. Avec sa voiture, il a essayé de renverser et tuer des civils israéliens et des soldats. Heureusement un soldat israélien qui se trouvait sur un toit à proximité a vu cette tentative d’attentat et a agi rapidement, sauvant ainsi des civils et des soldats. En réponse à cette menace immédiate, le soldat sur le toit a ouvert le feu et tué le terroriste. Pendant que tout cela se déroulait, les émeutes le long de la clôture continuaient mais cette fois, les émeutes comprenaient des bombes incendiaires, des grenades, des explosifs et autres.

Ce même matin, les émeutiers ont tenté d'infiltrer Israël via la clôture de sécurité entre Israël et Gaza, mais les troupes de Tsahal ont non seulement été capables d'identifier le danger, mais aussi de l'arrêter juste à temps. Les troupes ont répondu au danger et ont opéré conformément aux règles d'engagement.

Tentative d’infiltration le long de la clôture de sécurité entre Gaza et Israël

Pour couronner le tout, les terroristes le de la bande de Gaza ont continué de faire pleuvoir des roquettes sur Israël. Tsahal a dû réagir et montrer que cette violence continue contre des Israéliens ne sera pas tolérée. Dans cette optique, des avions de combat de l’Armée de l’Air israéliennes ont mené plusieurs frappes sur les cibles terroristes du Hamas dans la bande de Gaza.

Les événements de ce week-end ont montré la détermination du Hamas de transformer la zone près de la clôture de sécurité en zone de combat et sa volonté de blesser des civils israéliens peu importe le prix. En tant qu’organisation qui contrôle la bande de Gaza, le Hamas doit prendre la décision d’investir dans le bien-être de ses civils ou de blesser des Israéliens. Pour l'instant, il est clair que le Hamas place ses objectifs terroristes avant les civils.

“Le calme recevra une réponse calme mais le terrorisme recevra une réponse ferme” a déclaré le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, chef de la branche internationale du porte-parole, en visite dans une maison frappée par une roquette. Tsahal continuera de répondre aux violences en accord avec les règles d’engagement et continuera de tenir l’organisation terroriste Hamas pour responsable de la violence qui émane de la bande de Gaza, sur et sous terre, dans les airs et en mer.